Lundi 30 mars 2020

Dix fois plus fort que trente deniers (Marc 14,1-11)


Lire le texte

L'évangéliste Marc est le seul à placer la touchante histoire de la femme au parfum précieux à l'intérieur du récit de la Passion. Depuis le début du chapitre, cela sent le complot, des odeurs de meurtre, et pourtant pendant les temps où se célébraient la libération hors de la servitude et le pain nouveau sans levain. Alors, il faudrait que le gêneur disparaisse... comme dans certains régimes totalitaires hélas de notre temps. Et c'est un repas chez un lépreux, où une tout autre odeur se répand. Cela vient du geste étonnant d'une femme, qui donne l'onction, ici sur la tête, signe royal, et en même temps odeur qui signale les rites funéraires. Choquant pour les invités, pour qui cela fait mauvais genre, une année de salaire qui se répand comme cela en quelques minutes ? Alors que des croyants honnêtes pensent au devoir plus convenable de le distribuer aux pauvres. Comme la vie du Messie qui pouvait tellement être pour le peuple des croyants et pour ceux qui espèrent, et qui vont être brisés et répandus ce Vendredi saint. Enorme gaspillage! Et tant qu'à parler d'argent, les trente deniers, un mois de paie pour un service de renseignement… et dont on n'a pas fini de montrer du doigt toute son ambiguïté, peut-être était-il pris dans les troncs alimentés par les pauvres veuves!? Grinçant tout ce récit de la Semaine sainte, mais il y a le geste d'amour d'une inconnue, qui continue à faire réfléchir sur le sens d'une Vie donnée.

Jean-Philippe Noir

Prière: Pitié pour nous, Seigneur, qui sommes si peu capables de don qui témoigne de ton amour sans calcul.  

Référence biblique : Marc 14, 1 - 11

Commentaire du 31.03.2020
Commentaire du 29.03.2020