Paroisse de Morges-Echichens

Culte du dimanche 27 mai 2018 – Temple de Morges et église de Monnaz

prédication de Christophe Peter

 

Intro

J’avais annoncé en février dernier une prédication en lien avec le transhumanisme, l’homme augmenté. Et j’ai cheminé avec cette thématique tout l’hiver jusqu’au rallye de KT de début mai. Je n’ai pas cheminé seul, nous étions 4 : Catherine Abrecht, Marie Duruz et Julia Durgnat, les deux étudiantes et jacks qui ont présidé le culte avec Catherine le 15 avril dernier. 4 à échanger nos perceptions, nos idées, nos interrogations en lien avec l’homme augmenté. Qu’est-ce ? Grâce à la technique, l’homme augmenté peut repousser ses limites toujours plus loin. L’homme augmenté met en question la vie en communauté humaine.

 

Dans la série des cultes en lien avec le thème de la communauté, je vais donc inviter

  1. la démarche du rallye du KT atour du défi de l’homme augmenté,
  2. mais aussi la réalité de mon travail avec la jeunesse, pour laquelle la communauté est une dimension importante.

 

Régulièrement dans l’histoire humaine, se pose la question suivante : la technique prend-elle le pouvoir sur les humains ?

Grâce à la technique, tout semble possible. Mais est-ce vraiment sans aucune limite ?

L’humain augmenté peut changer de jambe, d’œil, tous ses organes… Cela n’est pas loin d’un fantasme d’immortalité.

Toutes ces augmentations ont un prix et ne sont pas à la portée de tout le monde.

Cela pose l’enjeu communautaire :  L’humain augmenté n’est réservé qu’à une poignée de très riches. Les autres, ne seraient que des sous-hommes. Les dérives d’un nouvel esclavage ne sont pas loin.

Enfin tout cela pose bien la question du refus des limites, comme si l’humain voulait se mettre à la place de Dieu. Et qu’il ne percevait la réalité qu’à travers sa personne propre, en étant le centre de tout.

L’enjeu est posé…

Les lectures viennent en dialogue avec ce questionnement.

 

La lecture de ce matin est un texte qui nous a accompagnés durant le rallye de KT.

(de préférence Version TOB, avec remplacement de homme par être humain)

  • Genèse 1, 24-31

 

 

Prédication

A l’image de Dieu ? Humain créé à l’image de Dieu ?

Plusieurs humains font un groupe, une communauté. Une communauté à l’image de Dieu ?

Série de cultes sur communauté.

Avec mon activité pastorale majoritairement développée avec la jeunesse, je suis comme un passeur entre diverses communautés qui, mises ensemble, forment une grande communauté. Statistiques sur les chaises occupées n’est pas un critère adéquat pour en rendre compte. C’est plutôt de l’ordre de l’Esprit avec des liens qui échappent à notre vue et à nos repères matériels, c’est très volatile.

  1. Communauté paroissiale pour laquelle le culte dominical est un temps de rassemblement important.
  2. La paroisse est aussi composée d’autres petites communautés qui évoluent avec leur agenda propre : espace Souffle, Taizé, Bible et nous, etc…. Le culte dominical est alors un lieu de rencontre pour ces micro-communautés.
  3. La jeunesse est, elle aussi, formée de micro-communautés qui se recoupent et évoluent en fonction des projets. Mais le culte dominical n’est pas leur lieu principal de rassemblement. Lors d’événements particuliers, des jeunes sont actifs dans le culte dominical.

Selon le point de vue de mon activité, je vois une communauté-réseau : elle est composée de multiples groupes qui évoluent selon leur rythme propre, de manière ouverte sur les autres et le monde. Le point d’accroche qui fédère est un intérêt commun et une disponibilité pour un même horaire de réunion.

La communauté est donc une réalité dynamique qui évolue vite et qui est toujours en construction. Ce n’est jamais figé. En faire une photographie montre un instant, mais ne dit pas tout sur la communauté observée. Quand on pense en discerner clairement les contours, nous sommes déjà trop tard, le groupe a évolué dans sa forme et dans ses projets. C’est particulièrement vrai au niveau de la jeunesse, mais cela l’est pour toute communauté humaine.

Le texte de la genèse entendu ce matin et qui raconte le 1er récit de la création de l’humain rend bien compte de cette réalité dynamique de notre condition humaine.

 

Le texte raconte la création de l’humain par Dieu d’abord comme un projet.

Puis dans un 2e temps, la réalisation du projet lui-même

La création en 2 temps, c’est spécifique à l’humain.

Dans le récit de la création en 6 jours et le repos le 7e, Dieu dit et le résultat est là, sauf pour l’humain où il y a le projet d’abord, puis la réalisation dans un second temps.

Projet prévoit de faire l’humain à l’image et à la ressemblance de Dieu.

Réalisation ne parle que d’image. La ressemblance a disparu

Projet dit cela : « faisons les êtres humains à notre image, selon notre ressemblance ».

Puis Dieu réalise : « il créa l’être humain à son image. A l’image de Dieu, il le créa : mâle et femelle il les créa. » il n’est plus question de ressemblance…

La réalisation ne correspond donc pas exactement au projet ?

A notre niveau humain, nous avons l’habitude. Ce n’est jamais comme on avait prévu : dépassement de budget dans une construction, changement de programme. Mais pour Dieu, c’est le comble. Même lui ne respecte pas les plans ?

Comment comprendre ?

 

L’humain n’est pas réalisé comme un produit fini. Il n’est pas terminé. Il est créé à l’image de Dieu : avec son potentiel créateur, avec la liberté, avec la capacité de faire le bien ou le mal. Mais pour la ressemblance, le chemin est encore à parcourir.

Ne serait-ce pas cela le plan de Dieu ? Créer un humain qui ne soit pas terminé.

L’humain n’est pas fini, il est une créature comme les autres, mais il est aussi appelé à créer à son tour pour chercher à ressembler à Dieu.

Il a une marge de manœuvre… C’est sa liberté. Il peut créer à son tour et la technique est un des moyens à sa disposition. A lui d’en faire un usage en adéquation avec sa quête de ressemblance à Dieu.

Cette marge de manœuvre fait partie de notre condition humaine : créature en devenir. A l’image de Dieu, mais pas encore à sa ressemblance.

 

Dans cet espace de liberté, où l’humain est appelé à créer à son tour, à être co-créateur avec Dieu, l’humain a toujours été un homme augmenté.

Il a toujours cherché à augmenter ses capacités, ses connaissances.

Au rallye, les jeunes ont découvert qu’un pont est déjà une forme d’augmentation. Ils ont alors pu tester sur ce pont et à côté des instruments d’augmentation : béquilles, attelles, haut-talons. Il fallait courir et faire un parcours.

Faire le parcours seul n’est pas drôle. C’est tellement mieux et plus rigolo d’être plusieurs, en communauté.

Augmenter nos capacités à tout prix…

Toujours repousser la limite… Mais jusqu’où ?

Serons-nous encore à l’image de Dieu si nous changeons tous nos organes et si nous nous transformons pour augmenter nos capacités ? Pourrons-nous encore chercher à lui ressembler ? Mais ce « nous » est un leurre. Il correspond à une poignée de privilégiés qui peuvent tout se payer, même faire le projet que l’immortalité pourrait leur être possible. Un rêve égocentrique.

Plus loin dans le rallye, les jeunes expérimentaient l’entraide, comme une autre façon d’augmenter nos capacités. L’humain est augmenté quand il vit en bonne intelligence et coopération avec les autres.

Puis les catéchumènes ont été invités à méditer cette parole de Romains 11, 18 « Ce n’est pas toi qui porte la racine, c’est la racine qui te porte »

 

L’humain, créé à l’image de Dieu et cheminant vers sa ressemblance, n’est jamais sa propre origine.

« Ce n’est pas toi qui porte la racine, c’est la racine qui te porte ».

Comme créature, l’humain est dans un environnement plus large : Il n’est pas le centre de toutes choses. Il est relié, en relation avec Dieu son créateur, avec son environnement créé comme lui par Dieu, avec les autres et avec lui-même.

L’humain est ainsi mis à sa juste place, au sein d’une communauté. L’humain est en relation avec Dieu son créateur, avec son environnement (nature, animaux, etc), avec les autres humains et avec lui-même.

La Communauté est alors un lieu essentiel, un espace dans lequel les humains, créés à l’image de Dieu, sont appelés à avancer vers la ressemblance de Dieu.

Amen