Message

 

Textes bibliques:

Matthieu 15, 32-38; Luc 24, 28-35; Jean 21, 1-14

 

Où est ta communauté? Me demandait un collègue avec lequel je partageais quelques réflexions sur ce thème.

Où est votre communauté?

J’ai été surprise de l’émotion qui montait en moi lorsque répondant à sa question, je lui évoquais cette paroisse de Morges Echichens où je me sens si bien.

Je réalisais en même temps que d’autres formes de communauté faisaient aussi partie de mon quotidien: nos groupes de prière et de méditation, le temps que je partage avec les catéchumènes, mes collègues et même une visite à deux devient le temps de la rencontre un lieu communautaire.

Et puis, il y aussi nos familles, nos amis, nos voisins: petites ou grandes communautés où nous avons notre place.

Mais alors qu’est-ce qui fait de nous une communauté?

Il y a quelques semaines, je me trouvais au bord du lac de Tibériade, y célébrant avec les frères et les sœurs du monastère bénédictin d’Abu Gosh, une messe commémorant justement ce récit de la troisième apparition du Christ.

Le frère qui faisait ce jour-là l’homélie, dos au lac, nous partagea une image forte et pour moi éclairante sur ce thème de la communauté.

« Est-ce possible que dans un si grand lac on ne pêche aucun poisson de toute la nuit puis qu’au petit matin, jetant le filet encore une fois, il soit remonté complétement plein? » nous interrogea alors le frère. « Ce jour-là, continua le frère, le problème n’était peut-être pas dans le lac mais dans la barque… »

 

Cette réflexion rejoint bien notre question de départ: « Qu’est-ce qui fait de nous une communauté? Etre dans la même barque? Partager un même vécu, une même réalité?

 

Ils sont 7 dans la barque. 7 disciples à avoir pris la décision de retourner en Galilée après tous les événements, plus que bousculants, vécus à Jérusalem.

Ah la Galilée !… C’est là où les disciples ont leurs racines, leur histoire, leur famille. La Galilée, c’est là aussi que tout a commencé. C’est là en effet qu’ils ont rencontré Jésus, qu’ils ont changé de vie, vécus des moments intenses, des paroles fortes, des miracles inouïs.

Un lieu où ils peuvent maintenant, après la mort et la résurrection, venir y déposer toutes leurs émotions, se sentir en sécurité et reprendre un ancrage dans la vie.

Ce début de récit, nous donne ainsi un 1er éclairage sur notre thème de la communauté: oui, une émotion particulière est venu me rejoindre en évoquant la paroisse de Morges Echichens parce que c’est là que pour moi aussi, je le dirai ainsi, tout à commencer: à travers les cultes partagés avec parents, l’école du dimanche, le catéchisme, le Christ est venu me rejoindre, transformant profondément et durablement ma vie.

En effet, c’est là, en communauté, que grâce à d’autres croyants, notre foi peut prendre racine,  grandir, se transmettre et donner un sens à notre vie.

En résumé: La communauté, c’est le lieu où l’on trouve ou retrouve, une sécurité, des racines et une foi commune.

 

C’est alors que Pierre décide d’aller faire ce qu’il sait faire. Il vient de vivre, avec les autres disciples, un temps particulièrement troublant et interpellant: la condamnation de Jésus et sa mort; le tombeau vide et les deux apparitions. Le texte biblique ne dit pas quelles émotions habitent Pierre à ce moment-là mais clairement il a besoin « de se changer les idées » comme on dit chez nous. Et les autres, sans hésitation, prennent la balle au bond. « Nous aussi nous allons avec toi » lui disent-ils.

Il y a des moments dans la vie, où nous avons tout à coup besoin de faire quelque chose. Quelque chose d’habituel, de manuel qui nous sort de nos pensées. Quelque chose de commun.

2ème éclairage: la communauté c’est aussi le moment où l’on se retrouve dans le même bateau parce que nous avons un vécu commun. Il peut être parfois joyeux, parfois triste, parfois interpellant. Oui, en communauté, dans notre paroisse par exemple, nous nous réjouissons avec les parents lors d’un baptême, nous discutons volontiers après un culte, nous prions pour ceux qui sont dans la souffrance, nous pleurons avec les endeuillés.

En résumé: La communauté, c’est le lieu où l’on partage un vécu et les émotions qui y sont liées.

 

« Avez-vous pris des poissons, mes enfants? » crie Jésus aux disciples. Il est merveilleux Jésus, encore et toujours. Par une simple question, que je ressens pleine d’attention, Jésus invite les disciples  alors à se relever de leur dur labeur et à écouter un autre qui est là sur la plage. Une question qui les pousse ensuite à partager avec cet inconnu en toute transparence la situation difficile dans laquelle ils se trouvent. 

Jésus sait bien qu’ils n’ont pas pris de poissons, il n’avait donc pas besoin de poser la question. Mais cette question permet l’ouverture du cœur. Et elle permet ensuite aux disciples d’entendre le conseil, bien anodin, qu’un homme leur donne depuis la plage.

3ème éclairage: Etre communauté, c’est avoir la chance d’être entouré par des personnes qui ont de l’attention les unes envers les autres. Se demander les uns aux autres comment on va, ce qu’on a vécu et prendre le temps de vraiment s’écouter.

En résumé: La communauté, c’est le lieu où l’on s’intéresse les uns aux autres dans le partage et l’écoute.

 

Le Christ rejoint les disciples incognito, d’abord par une parole, une question, puis par un geste, un miracle, le trop plein de poissons.

Pierre ne le reconnait pas, absorbé peut-être par son travail, son étonnement, sa fatigue. C’est un autre disciple qui le met sur la piste.

Dans la barque, ils n’avaient visiblement pas tous la même implication: certains étaient plus attentifs au travail en y prenant des responsabilités, comme Pierre. D’autres plus vigilants face à ce qui était en train de se passer, comme le disciple que Jésus aimait. Les autres peut-être ramaient, dans tous les sens du terme.

4ème éclairage: quelle chance d’être différents dans une communauté: avec des engagements différents, des sensibilités différentes, une attention différente. Un jour ce sera l’un qui portera la communauté par un travail bien concret de réparation, une autre fois, ce sera une autre personne qui la soutiendra par ses réflexions, une autre fois encore la communauté sera réjouie par un bouquet de fleurs ou un apéro préparé, et j’en passe…

En résumé: La communauté, c’est le lieu où chacun selon ses propres charismes et ses propres capacités peut l’édifier.

 

« 153 poissons en tout. Et quoi qu’il y en eût tant le filet ne se déchira pas. » Visiblement le filet aurait dû se déchirer mais il tient bon apportant ainsi aux disciples bien plus que ce qu’ils ont espéré et besoin. Il y a une abondance de poissons et les disciples sont même invités par Jésus à y puiser pour eux-mêmes.

Et enfin sur la plage, tout est prêt pour les recevoir. Le Christ les accueille, partage avec eux le pain et les poissons. Un geste de mémoire fort qui déjà disait l’abondance pour nourrir toute une foule. 

Alors 5ème et dernier éclairage: être communauté croyante ensemble, c’est d’abord être rejoint par le Christ. Recevoir de lui son accueil et son abondance. C’est lui qui nous unit et qui nous réunit ce matin.

En résumé: La communauté, c’est le lieu où ensemble on est rejoint par le Christ, où ensemble l’on continue à partager des gestes forts qui disent l’accueil et l’abondance dans la foi.

 

Et pour terminer, ce petit clin d’œil. Sur l’image que vous avez sur le billet du culte. L’abondance du pique-nique, vécu au bord du lac de Tibériade après la messe avec les frères et les sœurs de la communauté d’Abu Gosh… Abondance de nourriture certes mais abondance surtout de joie et de partage.

 

« C’était la troisième fois que Jésus apparaissait à ses disciples, depuis qu’il avait passé de la mort à la vie » nous rappelle Jean

 

Que le Christ ne cesse de nous rejoindre dans la joie et le partage de nos communautés.

 

Amen