James aime Madame la lune !

Depuis toujours il ne vit que pour elle.

Elle grandit, s’arrondit, redevient croissant puis va faire un tour chez les chinois ! et hop ! la revoilà !

Bref ! James ira danser sur la lune quand il sera grand, c’est son but dans la vie…

Un jour, à l’école du dimanche, le pasteur apprend une prière aux enfants . « Notre Père qui est aux cieux… » Qui est aux cieux… mais oui, bien sur ! sur la lune, quand je serai grand j’irai danser sur la lune et Dieu m’applaudira !

Et James grandit , son rêve aussi. Malheureusement son pays entre dans une guerre terrible qui ravageait presque toute la planète, lui il est dans un avion, il lance des bombes sur des villes …. Des villes ça veut dire des familles , des grands-parents … au bout du compte des innocents !

Et James se dit que finalement piloter des engins de guerre, même quand elle est finie ce n’est plus trop son idée ! Et devant tellement de dévastation et de chagrin, il décide que s’il n’est pas « danseur sur lune », il deviendra homme de paix.

Et justement, à la fin de la guerre, son meilleur copain lui parle d’un centre d’essai et de mur du son et de NASA ! Vous vous rendez compte ? La NASA c’est l’agence Spatiale, ça veut dire voler toujours plus vite, toujours plus loin, toujours plus haut ! Et bien James, tu en fais une tête ! Tu réchappes de la guerre, tu te maries avec la plus jolie fille de ton village et au bout du compte tu vas aller sur la lune !

Et en effet, James se passionne pour son travail très difficile, et il progresse, avance devient vraiment un bon pilote et voilà le grand jour, un chien est allé dans l’espace !!! en est revenu et bientôt quand on sera surs, mais bien surs ! on enverra un homme faire un petit tour là-haut !

Imaginez-vous couché dans votre combinaison pressurisée, les sangles de sécurité bien ajustées, le compte à rebours qui s’égraine seconde par seconde…. Tout ce que vous avez appris avec vos collègues pendant des mois revient… et la question cruciale ! « Est-ce que j’y arriverai ? » Et James, tout seul dans sa fusée se rappelle tout, TOUT.

La fierté de ses enfants et l’inquiétude dans les yeux de Mary et 5, 4, 3, 2, 1, 0 et tout se met à trembler, vous avez aussi peur que James ! Aurez-vous aussi comme James la seule prière qui vous vient du fond du cœur « Notre Père, qui est aux cieux… »

Je n’en doute pas !

En fait, le monde entier voit la fusée de James décoller et le monde entier dit cette prière avec James… Notre Père…

La fusée monte, monte et d’un seul coup plus de bruit ! C’est tellement haut ! C’est tellement beau ! et Notre ami regarde par le hublot la lune qui grossit, grossit, mince ! comme elle est belle !

On voit bien les cratères fais par les météorites, la mer de la tranquillité… sûrement bien tranquille ! et ce gris brillant et scintillant comme une perle ! Alors, par contre elle ne fait plus un clin d’oeil comme sur les dessins à l’école !

« Merci Seigneur de m’avoir laisse monter te voir, Toi qui est dans les cieux ! » James est heureux ! Son rêve s’est réalisé !

Le ciel devient de plus en plus sombre derrière la lune, dans un moment la capsule passera derrière l’astre et reviendra finalement dans le soleil … juste un petit tour de manège ! Notre astronaute regarde de tout son être, en fait, le ciel devient très foncé, comme du velours et des milliers d’étoiles brillent tout doucement loin, loin, loin dans la paix de l’espace.

Notre Père qui est ici… se dit James, quelle plénitude, quel tendresse… mais que voit-il ? Un rayon de lumière intense apparaît comme un fin croissant de l’autre côté de la lune !!! (si on peut dire que la lune à un côté évidement !) Le tour est fini, presque la déception du trop vite.

Mais ! Mais ! Là, devant lui par le hublot ? Ca alors ! Mais c’est magnifique ! C’est bleu ! Ca brille ! Des écharpes blanches comme des plumes autour… c’est la Terre !

James n’en revient pas ! La terre est bien plus belle que la lune ! Son rêve se change en conte ! Plus il se rapproche et plus c’est beau, Divin.. Une poussière d’étoile saupoudre notre planète !

Le soleil la rend plus belle… et à mesure qu’il se rapproche il voit bien mieux les détails, les pays, les montagnes, les volcans qui fument et crachent du feu, la grande muraille de Chine et les continents… l’ Europe avec la grande botte de l’Italie… « Nous irons visiter ce pays, il me semble bien rigolo ! On mangera des spaghettis et des pizzas…. » Et finalement quand sa capsule touche l’eau de l’océan Pacifique, James a compris que Dieu l’attendait sur terre, que la couleur de sa vie c’est le bleu comme la terre vue de l’espace, comme le ciel, comme les yeux de Mary et de ses enfants !

Il est devenu un ardent défenseur de la nature sur toute la planète et un peintre très « coté »… Le peintre de la terre vue de l’espace !

Notre Père qui est aux cieux…

Noëlle Amacher / CDE / 14.09.06